Bella Caledonia : Le gaélique, un enjeu absent de la campagne référendaire

Par Wilson McLeod, traduit par David-Marc Newman

Wilson McLeod est professeur de gaélique et directeur de recherche en études celtes et écossaises à l’Université d’Édimbourg. Ce billet est une traduction de son article publié sur le portail Bella Caledonia. ***  Dr Wilson McLeod is Professor of Gaelic and Director of Research in Celtic and Scottish Studies at the University of Edinburgh. This post is a translation of his article published by Bella Caledonia.

On a longtemps affirmé que le particularisme linguistique ne joue qu’un rôle de second plan dans l’identité nationale et les mouvements nationaux écossais. Cette affirmation a été largement confirmée par le débat public qui précède le référendum de 2014 sur l’indépendance, surtout en ce qui concerne ce que l’on pourrait qualifier de campagne non officielle : les initiatives populaires d’organisations comme National Collective, Radical Independence, Women for Independence, etc. En suivant de près cette campagne, j’ai été étonné par l’absence quasi totale des enjeux linguistiques dans les déclarations de vision. Des dizaines et des dizaines d’articles, de publications de blogues, etc., bon nombre d’entre eux écrits avec passion et éloquence, décrivent les raisons personnelles de leurs auteurs d’appuyer l’indépendance, leur cheminement vers le Oui, et dans ces milliers de mots, je n’ai vu presque aucune mention de la diversité linguistique ou de l’importance de faire la promotion et de développer les langues écossaises, le gaélique en particulier.

Lire la suite

Advertisements